TEXTES des LAUREATS (E) au CONCOURS 2015-2016

 

 

Derrière les grilles

 

Arrachez-lui ses vêtements,

Et bandez-lui les yeux.

 

Arrachez-lui sa fierté,

Et muselez ses lèvres brunes.

 

Arrachez-lui ses crayons,

Et privez-la de passion.

 

Muselez ses pensées,

Et empêchez-la de s’exprimer

 

Confisquez-lui son lieu de sûreté,

Et offrez-lui l’insécurité,

Offrez-lui la peur.

 

Privez-la du droit à l’éducation,

Et laissez-la mourir dans une maison.

 

Arrachez-lui sa dignité,

Et emprisonnez-la dans une burqa.

 

Cachez-la ! Dénigrez-la ! Lapidez-la !

Ce n’est qu’une femme !

En quoi aurait-elle le droit de vivre ?

 

Vous croyez ?

Vous croyez ?

 

Que la gifle l’empêchera

De penser ?

 

Que la faim ne la maintiendra pas

Eveillée ?

 

Que la bafouer la forcera

A se plier ?

 

Que le poignard lui fera courber

L’échine ?

 

Jamais !

Jamais !

Jamais vous ne pourrez l’empêcher de penser !

 

Rendez-lui sa liberté !

 

 

Tisaya BOUCHON

1er prix « Prix de la jeune poésie », classe de 3ème

Devoir transmis au jury national

Collège Champ-Lumière

23 rue de Villey

 21260 SELONGEY

Professeur : madame FORQUET

 

 

 

C’est une fleur de pissenlit qui ne cesse de se transformer,

Une petite boule pleine d’étoiles d’argent,

Qui s’envole sans se retourner.

Dans le ciel, elle erre comme un enfant,

Elle est petite, elle grandit,

Peu à peu elle s’épanouit

Sous le regard de ses aînés,

La liberté

 

Elle attire les regards,

Comme une sorte d’espoir,

Elle brise nos peines, nos haines, nos chaînes,

Engloutit les moments passés

Telle la rose des vents.

Elle nous indique le bon chemin

Sans que nous doutions un instant,

La liberté

 

C’est un cri,

Sous le bruit des cœurs qui battent

C’est un chant

Pour lequel vingt et cent se battent.

C’est comme une strophe pour se souvenir,

C’est toute la raison de nos vies,

La liberté

 

C’est un grand pays aux mille couleurs,

Qui nous charme avec douceur,

Parfum de délivrance,

Qui nous entraîne comme un refrain d’enfance.

Elle sait nous rassurer,

Nous rêvons d’elle comme jamais,

Nous parlons d’elle comme d’un secret,

La liberté

 

Nzalbey EKOGHA

1er prix « Prix de la jeune poésie », classe de 2de

Devoir transmis au jury national

Lycée Le Castel

rue Daubenton

 21000 DIJON

Professeur : madame DUBOIS

 

 

 

Fabuleux destin

 

 

Il y a une musique dont j’aimerais vous parler :

 

La musique, un soir d’automne, je l’ai découverte,

Entraînante, triste, ouverte.

 

Famille, amis, enfants peuvent l’écouter.

À travers mes rêves, elle me fait voyager

Belle, lumineuse, balancée,

Un délice pour les oreilles,

Lente, dansante, une merveille.

En boucle, je peux l’écouter.

Une fois n’est pas assez.

Xylophone, accordéon me font chavirer.

 

Des coups de foudre, j’en ai eus

Et celui-là il m’est apparu

Sans hésitation, comme le plus fort,

Tressé au fond de mon corps,

Impossible à oublier.

N’essayez pas de comprendre, écoutez.

 

Dans un film, plus tard, j’ai retrouvé cette mélodie

Accordée aux images, si bien assortie,

Merveilleuse, sublime, inouïe.

En regardant ce film, je me suis dit :

La vie est un rêve qui est permis

Imparfait, mais exquis,

Et la musique l’embellit.

 

 

Pourquoi aimer cette mélodie ?

Oh, quelle est cette harmonie ?

Un bonheur pour les oreilles,

La capitale des merveilles

Arrive à me faire voyager

Irrésistible et recommandée.

Ne vous trompez pas : lisez de haut en bas

 

 

Monette LAVIRON

1er prix « Prix de la jeune poésie », classe de 4ème

Devoir transmis au jury national

Collège Champ-Lumière

23 rue de Villey

 21260 SELONGEY

Professeur : madame PARET

 

 

 

Pandora Hearts

 

Le livre que j’aime plus que tout s’appelle Pandora Hearts. C’est un manga de Jun Mochizuki. C’est l’histoire d’Oz Vessalius, 15 ans. Il est l’héritier d’un des quatre grands duchés de son pays. Le jour de la cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus, l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout. Dans cette prison, à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Avec l’aide de Gilbert, son fidèle valet, et d’Alice, il veut savoir de quel crime on l’accuse.

J’aime beaucoup ce livre car je trouve l’histoire merveilleuse. L’auteur n’arrête pas de nous surprendre dans la deuxième partie de l’histoire. Ce manga est inspiré d’Alice au pays des merveilles. Les fans de cette œuvre peuvent s’amuser à trouver les similitudes entre les deux livres comme le prénom de l’héroïne. L’histoire est assez complexe et cela me plaît beaucoup. Ce manga est aussi très amusant comme lorsque Alice et Gilbert se disputent ou alors lorsque Alice mord la joue d’Oz  pour lui remonter le moral. Les dessins sont très beaux et tous faits à la main. Il y a beaucoup de détails et les bâtiments sont inspirés de l’architecture allemande et française. On ressent les émotions des personnages. Dans les moments les plus sombres, il y a souvent eu quelque chose qui va faire rire. Tous les personnages ont leur caractère bien à eux et c’est formidable.

J’aime faire partager les émotions que me transmette ce manga car je ne veux pas garder ce monde rien que pour moi. C’est un manga à lire.  

 

Charlotte PRAT

1er prix « Prix d’expression écrite », classe de 4ème

Devoir transmis au jury national

Collège Champ-Lumière

23 rue de Villey

 21260 SELONGEY

Professeur : madame PARET

 

 

 

Il était un pays de Cocagne

 

 

Il était un pays de Cocagne

Bloqué entre l’Espagne et la Bretagne.

Sans un médecin imaginaire,

Tous parlent la langue de Molière.

 

Ce pays est trop beau pour être vrai,

Un pays où la vie est un sonnet,

Un pays où une guerre n’existe pas,

Un pays où l’amour est toujours là.

 

Un amour si présent, que les oiseaux,

En passant bien des plus laids au plus beaux,

Partent tous dans la même direction :

Celle de la sagesse et de la raison.

 

Une sagesse si présente, que les pères,

Ainsi que les mères, les sœurs et les frères,

Ont tous rassemblé de pareilles pensées,

Qui n’ont pas toutes été brevetées :

 

Celles de la liberté, de l’égalité et la fraternité.

 

Ce pays de Cocagne, c’est là où l’on vit,

Ce pays de Cocagne, c’est le plus joli,

Là où chaque jour est une chance,

C’est tout simplement notre belle France.

 

Romain SCHENA

1er prix « Prix de la jeune poésie », classe de 5ème

Devoir transmis au jury national

Collège Marcelle-Pardé

18 rue Condorcet

 21000 DIJON

Professeur : madame DURANDIERE

 

 

 

Titre : Le voyage imaginaire    (lire texte complet sur Florilège 2015-2016)

"

Un jeune homme d’une vingtaine d’années se promenait tous les dimanches matin aux alentours de sa maison, pour dessiner quelque paysage de campagne. Il partait de bonne humeur, avec son carton à dessin et ses crayons. Il vivait dans une petite maison  de campagne dans le Doubs à proximité des montagnes. Sa mère, qui était fort gentille et agréable, le dorlotait à longueur de journée.

 

[...]

 

Ce jeune peintre blessé à vingt ans n’est autre que Gustave Courbet, promis à devenir un artiste mondialement célèbre dont les œuvres sont exposées dans les plus grands musées du monde. "

 

 

Ludivine VIEUX

1er prix « Prix de la jeune nouvelle », classe de 2de

Devoir transmis au jury national

Lycée Montchapet

36 boulevard Pompon

 21000 DIJON

Professeur : madame MUNIER

 

 

 Concours

 

 

Accueil